Voici le questionnaire et les instructions proposés à Sébastien Girard, l’auteur de Chronique d’un kidnapping.

Il est possible de répondre à la totalité de ces questions ou à une partie d’entre elles seulement, au choix. Les réponses peuvent tenir en un mot, une phrase ou faire l’objet d’une prose tout à fait libre, de longueur indéterminée… Si l’artiste préfère s’exprimer à travers un croquis, un dessin, un strip, une page aquarellée, le lecteur lui en saura gré !

Quel est votre passe-temps favori quand vous ne dessinez pas ?
La décence m’empêche de faire une réponse honnête.

Quel est votre maître en BD ?
Au sens enseignant, Scott McCloud.

Quels sont vos maîtres en d’autres disciplines (peinture, musique…) ?
Toujours au sens enseignant(e). En scénario : Yves Lavandier. En musique : Françoise Bouguennec-Mahé. C’est l’enseignante de musique dans le collège où je travaille. En dessin : je le/la cherche toujours, j’en aurais bien besoin !

Quel est votre animal préféré ?
Même si parfois il peut être fatiguant, j’ai une préférence pour l’être humain.

Quel est votre personnage de BD favori ?
Blueberry.

Quel est le personnage que vous avez créé préféré ?
Don Qui shoot de la jambe de pantalon. Cela dit, je n’avais pas grand choix !

Qui auriez-vous voulu être ?
Moi en plus intelligent, plus fort, plus grand, plus beau.

Quelle est votre faiblesse pour laquelle vous avez le plus de tendresse ?
Ma tendance à être dans la lune.

Quelle est votre plus grande qualité ?
Être conscient que je reste, comme la grande majorité, un petit humain limité.

Quelle musique écoutez-vous en dessinant ?
La musique qui m’aide le mieux à me concentrer sur mon travail (utile en fin de journée quand je suis fatigué) est électronique et instrumentale. Si je devais voter pour l’artiste de l’année dans la catégorie « meilleure musique pour se concentrer », je choisirais un artiste que les recommandations automatiques d’Internet m’ont fait découvrir récemment : Thylacine.

Si vous deviez installer votre atelier dans le pays de vos rêves…
Dans le pays de mes rêves, je ne trouverais peut-être pas la motivation pour installer un atelier. J’aurais peut-être bien mieux à faire ?

Décrivez l’atelier de vos rêves…
Un atelier avec un ordinateur qui ne plante jamais !

Vous pouvez inviter jusqu’à 10 géants de la BD, héros de fiction ou autres personnalités à dîner, y compris ceux qui nous ont déjà quittés. Quel est votre plan de table ?
J’inviterais le président de la République avec quelques personnalités militantes écolo comme Aurélien Barrau, qui auraient pour mission de ne pas le laisser partir avant de le convaincre de l’importance primordiale du respect des tous les vivants, humains et non-humains. Pour que cela fonctionne, il faudrait que le dîner puisse durer très longtemps !

Quel est votre plat préféré ?
Le lembas. Le meilleur plat pour voyager d’après J. R. R. Tolkien !

Quelle est votre gourmandise préférée ou votre péché mignon ?
J’aime trop le sucre de manière générale. En ce moment, je craque un peu sur la crème de marron.

Avez-vous le goût de la collection ?
Non.

Quelle est votre couleur préférée ?
Si ma mémoire ne me fait pas défaut, la dernière fois que j’ai eu une couleur préférée, j’avais 5 ans, et c’était le rouge. Je me rappelle être enthousiasmé par le fait que le Bioman du devant avait ma couleur préférée. Je trouvais la coïncidence absolument formidable !

Quel est votre médium préféré (encre, aquarelle, gouache, crayon…) ?
La tablette graphique permet de se corriger très facilement, de faire et refaire ses planches en perdant un minimum de temps. C’est donc elle que je choisis… même si elle ne procure pas le plaisir de la texture du papier.

Avez-vous un ou des grigris ?
Non.

Quels sont votre fleur, arbre ou plante favoris ?
J’ai récemment lu un article qui expliquait : « Après six ans de recherche, un horticulteur américain invente un arbre capable de produire 40 fruits différents ». Mon arbre préféré est donc cet arbre multi-fruits !

Votre auteur préféré en littérature.
Question difficile. Disons Guy de Maupassant. Mais demain ce sera peut-être Philip K. Dick.

Votre musicien préféré.
Question difficile. Aujourd’hui, les Pink Floyd.

Votre film favori.
Breaking Bad. On dit qu’une série, c’est comme un très long film, d’accord ?

Quel est votre héros ou héroïne dans la vraie vie ?
Aujourd’hui, ma maman.

Quel est votre héros ou héroïne dans la fiction ?
Aujourd’hui, le
Petit Poucet.

Si vous n’aviez pas été dessinateur ?
Je serais… moi, exactement !

Le principal trait de votre caractère.
Voir la dernière question !

Votre meilleur souvenir de dessin.
Une soirée dans une carrière souterraine interdite d’accès où nous avons fait plein de light painting !

Votre devise.
« Je n’ai pas de devise ». Paradoxal, n’est-il pas ?

Si vous deviez vous décrire en un mot…
Curieux.

Autoportrait © Sébastien Girard.

Scott McCloud, L’Art invisible © Droits réservés.

Yves Lavandier, La Dramaturgie © Droits réservés.

Blueberry © Droits réservés.

Aurélien Barrau © Droits réservés.

Breaking Bad, créée par Vince Gilligan, 5 saisons (2008-2013) © Droits réservés.

L’atelier de Sébastien Girard.

© Sébastien Girard

Vous pourriez également être intéressé par :

Halifax mon chagrin (Quellat-Guyot et Regnauld)

Halifax mon chagrin (Quellat-Guyot et Regnauld)

Histoires d’eaux meurtrières…

Si l’on connaît bien la tragédie du Titanic et le déroulé des événements qui ont conduit au naufrage de l’insubmersible en 1912, notamment grâce au cinéma, il est néanmoins des aspects de la catastrophe qui ont été moins relayés ou utilisés dans la fiction. Qu’a-t-on fait, par exemple, des dépouilles de celles et ceux qui avaient pu sauter à l’eau mais sont morts de froid avant d’avoir pu être sauvés, dérivant à la surface des eaux glacées parce qu’ils avaient un gilet de sauvetage ? Voici un argument qui, à lui seul, aurait pu servir de toile de fond au roman graphique qui nous intéresse, Halifax mon chagrin…

lire plus
Chronique d’un kidnapping (Girard)

Chronique d’un kidnapping (Girard)

Comme souvent, la réalité dépasse la fiction. Ici, il ne faudra pas moins de 278 pages pour raconter par le menu la tragique histoire d’une erreur judiciaire et d’un acharnement juridique. Cela se passe en France, c’est arrivé il y a quelques années à peine et on se pince pour y croire. Avec un scénario pareil et une aventure aux développements aussi abracadabrantesques, n’importe quel auteur serait pratiquement certain de ne pas trouver preneur chez la plupart des éditeurs. C’est ce qui risquait d’arriver à Sébastien Girard, l’auteur de ce roman graphique tout à fait singulier dans la forme et bouleversant dans le fond. Mais, par chance, le jeune homme a rencontré à Angoulême Blandine Lanoux, de la maison Félès, et lui a montré le roman achevé. L’éditrice, enthousiaste, a tout fait pour donner vie à ce projet militant et profondément humain.

lire plus