Voici le questionnaire et les instructions proposés à Giuseppe Manunta, auteur, notamment, de : Le Dîner de Noël.

Il est possible de répondre à la totalité de ces questions ou à une partie d’entre elles seulement, au choix. Les réponses peuvent tenir en un mot, une phrase ou faire l’objet d’une prose tout à fait libre, de longueur indéterminée… Si l’artiste préfère s’exprimer à travers un croquis, un dessin, un strip, une page aquarellée, le lecteur lui en saura gré !

Quel est votre passe-temps favori quand vous ne dessinez pas ?
Cuisiner.

Quel est votre maître en BD ?
Giorgio Pedrazzi, mais indirectement (Manara, Moebius, Serpieri, Mignola, Corben).

Quels sont vos maîtres en d’autres disciplines (peinture, musique…) ?
Mucha, Leyendecker.

Quel est votre animal préféré ?
Le chat.

Quel est votre personnage de BD favori ?
HellBoy.

Quel est le personnage que vous avez créé préféré ?
Giunchiglia.

Qui auriez-vous voulu être ?
Un acteur de porno soft.

Quelle est votre faiblesse pour laquelle vous avez le plus de tendresse ?
Les larmes.

Quelle est votre plus grande qualité ?
La persévérance.

Quelle musique écoutez-vous en dessinant ?
Pop/rock (à la
radio).

Si vous deviez installer votre atelier dans le pays de vos rêves…
C’est fait ! En France.

Décrivez l’atelier de vos rêves…
Un espace de 25 à 50 m² lumineux, des murs verts avec plein de cadres suspendus, une bibliothèque, une table lumineuse, une table de dessin, un chevalet de peinture, un bureau pour l’ordinateur, mon gramophone et un petit salon pour recevoir mes ami(e)s.

Vous pouvez inviter jusqu’à 10 géants de la BD, héros de fiction ou autres personnalités à dîner, y compris ceux qui nous ont déjà quittés. Quel est votre plan de table ?
Monna Lisa, Artemisia Gentileschi, Druuna, Giunchiglia, Uncle Scrooge (Picsou), Philippe Matter, Andrea Camic, Giger, Mike Mignola, et mon éditrice.

Quel est votre plat préféré ?
Chitarra alla siciliana (recette Manunta). 400 gr de spaghetti alla chitarra trafilati al bronzo, un demi-oignon, deux aubergines, des pistaches hachées, du parmesan.

Quelle est votre gourmandise préférée ou votre péché mignon ?
Une sfogliata frolla napoletana accompagnée d’un cappuccino.

Avez-vous le goût de la collection ?
Non.

Quelle est votre couleur préférée ?
Le vert.

Quel est votre médium préféré (encre, aquarelle, gouache, crayon…) ?
Le crayon et le stylo Bic.

Avez-vous un ou des grigris ?
Deux noix.

Quels sont vos fleur, arbre ou plante favoris ?
La Giunchiglia (la jonquille).

Votre auteur préféré en littérature.
Jules Verne.

Votre musicien préféré.
Rino Gaetano.

Votre film favori.
C’era una volta in America (Il était une fois en Amérique) de Sergio Leone.

Quel est votre héros ou héroïne dans la vraie vie ?
Margherita Hack.

Quel est votre héros ou héroïne dans la fiction ?
Lamu (dessin animé japonais).

Si vous n’aviez pas été dessinateur ?
Cuisinier.

Le principal trait de votre caractère.
L’impulsivité.

Votre meilleur souvenir de dessin.
Un des premiers crayonnés de Giunchiglia.

Votre devise.
Un T-shirt noir, une veste bleue foncée, un jean, des chaussures (presque) sportives *. Mon moto : Vis le présent pour avoir un lendemain…
[* en italien, « divisa » se rapporte aux vêtements qu’on porte, ndlr.]

Si vous deviez vous décrire en un mot…
Volcanique.

Le chat et sa boule de Noël © Giuseppe Manunta.

Giunchiglia © Giuseppe Manunta.

Chitarra alla siciliana – crayon et stylo Bic – deux noix.

L’un des premiers crayonnés de Giunchiglia © Giuseppe Manunta.

L’atelier de Giuseppe Manunta.

Vous pourriez également être intéressé par :

Halifax mon chagrin (Quellat-Guyot et Regnauld)

Halifax mon chagrin (Quellat-Guyot et Regnauld)

Histoires d’eaux meurtrières…

Si l’on connaît bien la tragédie du Titanic et le déroulé des événements qui ont conduit au naufrage de l’insubmersible en 1912, notamment grâce au cinéma, il est néanmoins des aspects de la catastrophe qui ont été moins relayés ou utilisés dans la fiction. Qu’a-t-on fait, par exemple, des dépouilles de celles et ceux qui avaient pu sauter à l’eau mais sont morts de froid avant d’avoir pu être sauvés, dérivant à la surface des eaux glacées parce qu’ils avaient un gilet de sauvetage ? Voici un argument qui, à lui seul, aurait pu servir de toile de fond au roman graphique qui nous intéresse, Halifax mon chagrin…

lire plus