Voici le questionnaire et les instructions proposés à Vincent Wagner, auteur, récemment, des dessins du Théâtre des Légendes d’Alsace ou de L’Épopée de la Franc-maçonnerie (volume 3).

Il est possible de répondre à la totalité de ces questions ou à une partie d’entre elles seulement, au choix. Les réponses peuvent tenir en un mot, une phrase ou faire l’objet d’une prose tout à fait libre, de longueur indéterminée… Si l’artiste préfère s’exprimer à travers un croquis, un dessin, un strip, une page aquarellée, le lecteur lui en saura gré !

Quel est votre passe-temps favori quand vous ne dessinez pas ?
Marcher.

Quel est votre maître en BD ?
Hugo Pratt.

Quels sont vos maîtres en d’autres disciplines (peinture, musique…) ?
Miró, Tinguely, Calder, Philippe Genty, Debussy, Van Eyck, Keith Jarrett, Bobby Mc Ferrin

Quel est votre animal préféré ?
Le kangourou.

Quel est votre personnage de BD favori ?
Pirlouit.

Quel est le personnage que vous avez créé préféré ?
Pelle.

Qui auriez-vous voulu être ?
Le Commandant Cousteau.

Quelle est votre faiblesse pour laquelle vous avez le plus de tendresse ?
Un brin trop rêveur.

Quelle est votre plus grande qualité ?
Je suis fidèle en amour, en amitié, et fidèle à ce que je suis et à ce que j’étais enfant.

Quelle musique écoutez-vous en dessinant ?
Actuellement, j’aime beaucoup travailler en compagnie du chanteur danois Kim Larsen. J’écoute aussi pas mal de musiques sami et de la flûte à bec.

Si vous deviez installer votre atelier dans le pays de vos rêves…
Le Territoire du Nord, en Australie, à l’intérieur des terres.

Décrivez l’atelier de vos rêves…
Un espace cosy pour accueillir les visiteurs avec des murs pour exposer, canapés et fauteuils. Dans le prolongement, une longue salle avec une grande table en bois où grands et petits pourraient se retrouver pour dessiner, peindre, bricoler en toute liberté. Il y aurait du bordel, c’est certain, des outils pour sculpter le bois, tout plein de marionnettes alignées sur les murs, une bibliothèque pour ranger tous mes bouquins. Une petite salle pour faire de la céramique avec un coin pour tourner, un coin pour cuire et un coin pour entreposer, et encore un endroit pour stocker le bois de tilleul à sculpter. J’imagine des murs en bois percés de fenêtres, une petite kitchenette pour se cuisiner un petit quelque chose, des plantes…

Vous pouvez inviter jusqu’à 10 géants de la BD, héros de fiction ou autres personnalités à dîner, y compris ceux qui nous ont déjà quittés. Quel est votre plan de table ?
Il y aurait Peyo, Fred, Moebius, Comès, Pratt, Toppi, Bretécher, Quino, Goscinny et Cauvin.

Quel est votre plat préféré ?
Le riz cantonnais (celui de ma grand-mère !).

Quelle est votre gourmandise préférée ou votre péché mignon ?
Le chocolat noir.

Avez-vous le goût de la collection ?
Je collectionne les marionnettes.

Quelle est votre couleur préférée ?
Le vert.

Quel est votre médium préféré (encre, aquarelle, gouache, crayon…) ?
Le crayon.

Avez-vous un ou des grigris ?
Non.

Quels sont vos fleur, arbre ou plante favoris ?
L’eucalyptus.

Votre auteur préféré en littérature.
Je ne sais pas.

Votre musicien préféré.
Je ne sais pas non plus.

Votre film favori.
Andrei Roublev de Tarkovski.

Quel est votre héros ou héroïne dans la vraie vie ?
Ma femme.

Quel est votre héros ou héroïne dans la fiction ?
Corto Maltese.

Si vous n’aviez pas été dessinateur ?
Je serais océanographe.

Le principal trait de votre caractère.
Je suis entier.

Votre meilleur souvenir de dessin.
Je n’ai que de bons souvenirs de dessins.

Votre devise.
Je suis le capitaine de mon âme (Nelson Mandela).

Si vous deviez vous décrire en un mot…
Je suis un humaniste obstiné qui fait ce qu’il dit et rêve, même si la perfection des rêves est inatteignable.

Vincent Wagner © Droits réservés

Pelle, dans Snaergard © Vincent Wagner.

Exposition de marionnettes à la Médiathèque d’Obernai en 2015 © Droits réservés.

Vous pourriez également être intéressé par :

Halifax mon chagrin (Quellat-Guyot et Regnauld)

Halifax mon chagrin (Quellat-Guyot et Regnauld)

Histoires d’eaux meurtrières…

Si l’on connaît bien la tragédie du Titanic et le déroulé des événements qui ont conduit au naufrage de l’insubmersible en 1912, notamment grâce au cinéma, il est néanmoins des aspects de la catastrophe qui ont été moins relayés ou utilisés dans la fiction. Qu’a-t-on fait, par exemple, des dépouilles de celles et ceux qui avaient pu sauter à l’eau mais sont morts de froid avant d’avoir pu être sauvés, dérivant à la surface des eaux glacées parce qu’ils avaient un gilet de sauvetage ? Voici un argument qui, à lui seul, aurait pu servir de toile de fond au roman graphique qui nous intéresse, Halifax mon chagrin…

lire plus