Voici le questionnaire et les instructions proposés à Philippe Gauckler, bédéiste, mais aussi graphiste publicitaire, auteur du récent Kebek.

Il est possible de répondre à la totalité de ces questions ou à une partie d’entre elles seulement, au choix. Les réponses peuvent tenir en un mot, une phrase ou faire l’objet d’une prose tout à fait libre, de longueur indéterminée… Si l’artiste préfère s’exprimer à travers un croquis, un dessin, un strip, une page aquarellée, le lecteur lui en saura gré !

Quel est votre passe-temps favori quand vous ne dessinez pas ?
Lire, voir des images, voyager, être ailleurs.

Quel est votre maître en BD ?
Mœbius.

Quels sont vos maîtres en d’autres disciplines (peinture, musique…) ?
Klimt, Kandinsky, les peintres Pompiers, les Orientalistes, les Préraphaélites
David Bowie, Étienne Daho, Primal scream, Dandy Warhols, Rodolphe Burger

Quel est votre animal préféré ?
Le léopard des neiges.

Quel est votre personnage de BD favori ?
Blueberry, Milou, Prince Valiant.

Quel est le personnage que vous avez créé préféré ?
Chabala, le Yéti dans Prince Lao.

Qui auriez-vous voulu être ?
Je ne me suis pas encore lassé d’explorer tous mes défauts.

Quelle est votre faiblesse pour laquelle vous avez le plus de tendresse ?
Ma capacité d’émerveillement, la contemplation. Voir la question suivante.

Quelle est votre plus grande qualité ?
Tenter de démasquer les injustices, l’indignation face aux mensonges et à la dissimulation. Voir la question précédente.

Quelle musique écoutez-vous en dessinant ?
Une musique qui tantôt m’emporte, tantôt me concentre, des voix qui me parlent.

Si vous deviez installer votre atelier dans le pays de vos rêves…
À proximité d’une grande ville entre mer, montagne et forêts, climat tempéré.

Décrivez l’atelier de vos rêves…
Une cellule de moine, sans vue, sans livre, sans internet.

Vous pouvez inviter jusqu’à 10 géants de la BD, héros de fiction ou autres personnalités à dîner, y compris ceux qui nous ont déjà quittés. Quel est votre plan de table ?
Gengis Kahn, Mère Teresa, Joseph Staline, Sœur Emmanuelle, Mao, Gandhi, Batman, Tintin,
James Bond, une charmante traductrice multilingue. Bobun baguettes, thé au jasmin, fruits. J’ignore combien de
temps durerait ce dîner.

Quel est votre plat préféré ?
La cuisine Thaï, beaucoup d’arômes.

Quelle est votre gourmandise préférée ou votre péché mignon ?
Le fraisier, La
brioche pralinée de Pralus.

Avez-vous le goût de la collection ?
Le plaisir de débuter une collection, mais pas la névrose de devoir la finir à tout prix.

Quelle est votre couleur préférée ?
Le bleu
Klein.

Quel est votre médium préféré (encre, aquarelle, gouache, crayon…) ?
Crayon assez sec, encres de couleurs à l’eau.

Avez-vous un ou des grigris ?
Une petite boule transparente remplie d’eau avec un crâne de pirate et des petite particules d’or qui se
soulèvent lorsqu’on agite la boule. Un porte-clé Tour Eiffel. Un petit morceau de la pelouse de la 1/2 finale
de coupe du monde de football
France-Croatie de juillet 1998 sertie dans un petit bloc de résine transparente.

Quels sont votre fleur, arbre ou plante favoris ?
Le lys, le jasmin, le tilleul, le buis.

Votre auteur préféré en littérature.
Blaise Cendrars, René Barjavel

Votre musicien préféré.
Prokofiev.

Votre film favori.
Blade Runner.

Quel est votre héros ou héroïne dans la vraie vie ?
Coralie Beauchamp.

Quel est votre héros ou héroïne dans la fiction ?
Edmond Dantès.

Si vous n’aviez pas été dessinateur ?
Tennisman.

Le principal trait de votre caractère.
Passionné.

Votre meilleur souvenir de dessin.
Certaines page de l’adaptation du roman de
Joël Houssin Blue en 1985.

Votre devise.
Le temps ne respecte pas ce qui se fait sans lui.

Si vous deviez vous décrire en un mot…
Lion.

Une sélection de ses œuvres choisies par Philippe Gauckler.

* La couverture du tome 2 de Kebek.
* Adamante à la couronne
, très fortement influencée par les maîtres en peinture du bédéiste.
* La page 74 du tome 2 de Kebel, très inspirée par Mœbius.
* Adamante.
* Arbre tentaculaire.
* Le coffret pour les deux tomes de Kebek.

Moebius (exposition à la Fondation Cartier en 2010) © SIPA Éric Dessons.

Gustav Klimt, Portrait d’Emilie Flöge, 1902 © Droits réservés.

Chabala le Yéti © Philippe Gauckler.

Yves Klein préparant son bleu © Droits réservés.

L’affiche de Blade Runner de Ridley Scott, 1982 © Droits réservés.

Joël Houssin, Blue, illustration de Philippe Gauckler.

L’atelier de Philippe Gauckler.

Vous pourriez également être intéressé par :

Halifax mon chagrin (Quellat-Guyot et Regnauld)

Halifax mon chagrin (Quellat-Guyot et Regnauld)

Histoires d’eaux meurtrières…

Si l’on connaît bien la tragédie du Titanic et le déroulé des événements qui ont conduit au naufrage de l’insubmersible en 1912, notamment grâce au cinéma, il est néanmoins des aspects de la catastrophe qui ont été moins relayés ou utilisés dans la fiction. Qu’a-t-on fait, par exemple, des dépouilles de celles et ceux qui avaient pu sauter à l’eau mais sont morts de froid avant d’avoir pu être sauvés, dérivant à la surface des eaux glacées parce qu’ils avaient un gilet de sauvetage ? Voici un argument qui, à lui seul, aurait pu servir de toile de fond au roman graphique qui nous intéresse, Halifax mon chagrin…

lire plus
Chronique d’un kidnapping (Girard)

Chronique d’un kidnapping (Girard)

Comme souvent, la réalité dépasse la fiction. Ici, il ne faudra pas moins de 278 pages pour raconter par le menu la tragique histoire d’une erreur judiciaire et d’un acharnement juridique. Cela se passe en France, c’est arrivé il y a quelques années à peine et on se pince pour y croire. Avec un scénario pareil et une aventure aux développements aussi abracadabrantesques, n’importe quel auteur serait pratiquement certain de ne pas trouver preneur chez la plupart des éditeurs. C’est ce qui risquait d’arriver à Sébastien Girard, l’auteur de ce roman graphique tout à fait singulier dans la forme et bouleversant dans le fond. Mais, par chance, le jeune homme a rencontré à Angoulême Blandine Lanoux, de la maison Félès, et lui a montré le roman achevé. L’éditrice, enthousiaste, a tout fait pour donner vie à ce projet militant et profondément humain.

lire plus