Voici le questionnaire et les instructions proposés à Martini Ngola, auteur de : Le Mpoue.

Il est possible de répondre à la totalité de ces questions ou à une partie d’entre elles seulement, au choix. Les réponses peuvent tenir en un mot, une phrase ou faire l’objet d’une prose tout à fait libre, de longueur indéterminée… Si l’artiste préfère s’exprimer à travers un croquis, un dessin, un strip, une page aquarellée, le lecteur lui en saura gré !

Quel est votre passe-temps favori quand vous ne dessinez pas ?
Regarder les travaux des autres artistes sur Pinterest.

Quel est votre maître en BD ?
Directement, je n’en ai pas eus, mais indirectement, Frédérick Peynet via sa chaîne youtube à l’ombre des bulles.

Quels sont vos maîtres en d’autres disciplines (peinture, musique…) ?
Frédérick Peynet et bien d’autres dont j’ignore les noms, sur les réseaux (peinture), Masamune Shirow, auteur du manga Ghost in the Shell, et Akira Toriyama de DBZ (BD) et La Fouine (musique).

Quel est votre animal préféré ?
Le chien.

Quel est votre personnage de BD favori ?
Edward Elrick dit Full Métal Alchimiste.

Quel est le personnage que vous avez créé préféré ?
Ivu-Man (image de couverture).

Qui auriez-vous voulu être ?
Un puzzle de plusieurs personnes, sinon personne d’autre que moi-même.

Quelle est votre faiblesse pour laquelle vous avez le plus de tendresse ?
Être à l’abri des ordres.

Quelle est votre plus grande qualité ?
Je suis comme un fluide, je m’adapte facilement.

Quelle musique écoutez-vous en dessinant ?
Du rap français.

Si vous deviez installer votre atelier dans le pays de vos rêves…
En Égypte.

Décrivez l’atelier de vos rêves…
Une pièce aérée et éclairée par de gigantesques fenêtres à gauche, à droite et devant, sur un flanc de colline d’où je peux voir à des kilomètres au loin un paysage riche en géants artefacts historiques.

Vous pouvez inviter jusqu’à 10 géants de la BD, héros de fiction ou autres personnalités à dîner, y compris ceux qui nous ont déjà quittés. Quel est votre plan de table ?
Akira Toriyama, Hergé, Masamune Shirow, One, le regretté Stan Lee, le regretté Chadwick Boseman (vêtu en Black Panther), Scott Adkins (déguisé en Youri Boyka), Michaël Jai White ; enfin, pour être sûr de vider les plats, j’appelle Sangoku et Full Métal Alchimiste.

Quel est votre plat préféré ?
L’okok accompagné du bâton de manioc (plat tribal beti de Gnetum Africanus).

Quelle est votre gourmandise préférée ou votre péché mignon ?
Lait concentré sucré et chocolat.

Avez-vous le goût de la collection ?
5/5.

Quelle est votre couleur préférée ?
Sa majesté la couleur noire.

Quel est votre médium préféré (encre, aquarelle, gouache, crayon…) ?
Quelques échantillons ci-contre…

Avez-vous un ou des grigris ?
Si la prière en est un, alors oui !

Quels sont vos fleur, arbre ou plante favoris ?
Le manguier.

Votre auteur préféré en littérature.
Le Rév. Père Engelbert Mveng.

Votre musicien préféré.
La Fouine.

Votre film favori.
Indisputed Redemption 1, 2 et 3.

Quel est votre héros ou héroïne dans la vraie vie ?
Ma mère.

Quel est votre héros ou héroïne dans la fiction ?
Full Métal Alchimiste.

Si vous n’aviez pas été dessinateur ?
Rappeur ou militaire.

Le principal trait de votre caractère.
Strict.

Votre meilleur souvenir de dessin.
Dessin souvenir de Zélie en camp de vacances (image prévue : dessin aux feutres).

Votre devise.
L’arrivée n’existe pas.

Si vous deviez vous décrire en un mot…
Obstiné.

Couverture de Ivu-Man, de Martini Ngola.

L’okok accompagné du bâton de manioc (plat tribal beti de Gnetum Africanus) © Droits réservés.

Vous pourriez également être intéressé par :

Chronique d’un kidnapping (Girard)

Chronique d’un kidnapping (Girard)

Comme souvent, la réalité dépasse la fiction. Ici, il ne faudra pas moins de 278 pages pour raconter par le menu la tragique histoire d’une erreur judiciaire et d’un acharnement juridique. Cela se passe en France, c’est arrivé il y a quelques années à peine et on se pince pour y croire. Avec un scénario pareil et une aventure aux développements aussi abracadabrantesques, n’importe quel auteur serait pratiquement certain de ne pas trouver preneur chez la plupart des éditeurs. C’est ce qui risquait d’arriver à Sébastien Girard, l’auteur de ce roman graphique tout à fait singulier dans la forme et bouleversant dans le fond. Mais, par chance, le jeune homme a rencontré à Angoulême Blandine Lanoux, de la maison Félès, et lui a montré le roman achevé. L’éditrice, enthousiaste, a tout fait pour donner vie à ce projet militant et profondément humain.

lire plus