Voici le questionnaire et les instructions proposés à Christian Peultier, auteur de nombreux livres pour enfants et adultes, dont la série des Nuages, couronnée de nombreux prix.  

Il est possible de répondre à la totalité de ces questions ou à une partie d’entre elles seulement, au choix. Les réponses peuvent tenir en un mot, une phrase ou faire l’objet d’une prose tout à fait libre, de longueur indéterminée… Si l’artiste préfère s’exprimer à travers un croquis, un dessin, un strip, une page aquarellée, le lecteur lui en saura gré !

Quel est votre passe-temps favori quand vous ne dessinez pas ?
J’ai besoin de me ressourcer… Marcher dans la nature ou voir des films. Le cinéma, ancien ou récent, est ma grande passion. Tout mon travail est inspiré par les grands réalisateurs ou par mes voyages.
L’autre besoin en dehors du travail, c’est de voir des amis. C’est un travail très solitaire, alors on a besoin de reprendre contact avec les autres régulièrement. Les festivals aident aussi à cela.

Quel est votre maître en BD ?
S’arrêter à un maître est bien difficile. Ils ont été plusieurs au fur et à mesure de ma carrière. Mais celui qui me parle immédiatement, c’est Hugo Pratt. Son goût de l’aventure, mêlant ses voyages, ses rencontres et son œuvre, ont inspiré ma propre vie.
Dommage que je voyage moins ces derniers temps !

Quels sont vos maîtres en d’autres disciplines (peinture, musique…) ?
Les réalisateurs de films… avec avant tout John Ford, puis Hawks, Hitchcock, Wellman… les Italiens et les Français aussi… René Clair, Guitry, Risi, Duvivier, Blasetti
En littérature : Twain, Tennessee Williams, Kipling, Georges Sand, Kessel… Mais là aussi, il y en a un qui a particulièrement marqué ma vie, c’est Saint-Exupéry. Avec Terre des hommes, j’ai appris la ténacité… Ne jamais abandonner, devant la difficulté.
Les peintres, bien sûr Monet pour la lumière, le Caravage pour les clairs-obscurs, Delacroix pour l’orientalisme et Lautrec pour ses femmes.
La musique de film évidemment, mais aussi le jazz, l’opéra, Brel et Brassens.

Quel est votre animal préféré ?
Le cheval, parce qu’on lui doit beaucoup à travers toutes les époques.

Quel est votre personnage de BD favori ?
Corto Maltese bien sûr. Personnage aventureux, flegmatique et mauvais garçon…, mais avec une morale.

Quel est le personnage que vous avez créé préféré ?
Souvent ce sont les personnages secondaires les plus intéressants car inspirés de personnes existantes. Les personnages principaux sont des mélanges de plusieurs personnes, dont moi. Mais Mirabelle a un sacré caractère, tout en restant attendrissante. On pardonne tout aux enfants !

Qui auriez-vous voulu être ?
Un voyageur, partant sur un grand voilier, à une époque où tout était encore à découvrir. Maintenant, voyager, c’est du tourisme. Tout le monde le fait. Restent quelques coins d’Afrique où j’ai l’impression de m’approcher un peu de ce rêve.

Quelle est votre faiblesse pour laquelle vous avez le plus de tendresse ?
J’ai tendance à m’auto-critiquer sur mon travail… Ce n’est pas à faire, surtout devant d’autres professionnels.

Quelle est votre plus grande qualité ?
J’ai eu la patience d’attendre de m’améliorer… sans jamais abandonner. 

Quelle musique écoutez-vous en dessinant ?
C’est très variable, en fonction de la scène que je dessine. Parfois, j’ai besoin d’écouter Pierre Desproges pour me donner l’impression d’être encore dans une époque de totale liberté d’expression.

Si vous deviez installer votre atelier dans le pays de vos rêves…
L’Italie, pour la lumière, les arts et la langue.

Décrivez l’atelier de vos rêves…
J’ai toujours rêvé de vivre dans une bibliothèque, avec des livres jusqu’au plafond, des échelles pour accéder aux livres les plus précieux.

Vous pouvez inviter jusqu’à 10 géants de la BD, héros de fiction ou autres personnalités à dîner, y compris ceux qui nous ont déjà quittés. Quel est votre plan de table ?
Je serai trop impressionné de les avoir tous en même temps. Certainement je resterai muet. Mais bien sûr Pratt, j’aurai voulu le rencontrer au moins une fois. Dans un tout autre genre, j’avais découvert Jojo, d’
André Geerts… Après cela je n’avais qu’un désir, le rencontrer. Sa BD avait l’humour, la tendresse et l’humanité que je recherchais dans mon travail. Je m’imaginais qu’elle devait lui ressembler. Je l’ai croisé dans un festival et lui ai offert une petite aquarelle de son personnage et du mien. Quelques semaines plus tard on se croisait à nouveau et il m’a serré dans ses bras. Son amitié n’a pas duré assez longtemps pour moi. Il est mort un an et demi plus tard et il me manque.

Quel est votre plat préféré ?
Poulet riz. 

Quelle est votre gourmandise préférée ou votre péché mignon ?

Avez-vous le goût de la collection ?
Malheureusement oui. Dédicaces BD, art africain, films…

Quelle est votre couleur préférée ?
Le jaune d’or.

Quel est votre médium préféré (encre, aquarelle, gouache, crayon…) ?
L’aquarelle.

Avez-vous un ou des grigris ?
Non, pas du tout. Je ne suis pas superstitieux… mais pas chanceux non plus.

Quels sont votre fleur, arbre ou plante favoris ?
Les arbres sont toujours très présents dans mes livres… et ma fascination pour l’Afrique me conduit à dessiner avec plaisir d’immenses Baobabs.
Je pense à l’arbre géant de Mon voisin Totoro de Miyazaki. Exactement mon rêve. Un arbre qui atteigne une telle hauteur, qui nous permette de contempler la beauté de la nature qui nous entoure sous un autre angle.

Votre auteur préféré en littérature.
Saint-Exupéry

Votre musicien préféré.
Brassens pour son côté rebelle.

Votre film favori.
L’Homme tranquille, de John Ford.

Quel est votre héros ou héroïne dans la vraie vie ?
Dupontel… pour son intégrité et sa résistance à une pensée uniforme.

Quel est votre héros ou héroïne dans la fiction ?
Allan Quatermain, dans les Mines du roi Salomon. Ou Lord Jim, de Conrad.

Si vous n’aviez pas été dessinateur ?
Je travaillerai de mes mains… le bois sans doute.

Le principal trait de votre caractère.
L’humour.

Votre meilleur souvenir de dessin.
Une période de dessin de presse publié dans les DNA (Dernières Nouvelles d’Alsace). Les idées fusaient. Et puis, toutes les fois où vous réveillez avec une idée de dessin et que vous ne pouvez pas vous empêcher de la dessiner avant de la perdre au petit matin.

Votre devise.
Ne rien céder aux éditeurs, que je pourrai regretter plus tard…

Si vous deviez vous décrire en un mot…
Je laisse cela aux autres. 

 Christian Peultier © Droits réservés.

Nuage. Le Bois sacré, couverture du tome 2 © Christian Peultier.

Baobabs dans Nuage tome 3 © Christian Peultier.

Grands arbres dans Nuage tome 2 © Christian Peultier.

Le camphrier de Mon voisin Totoro © Droits réservés

L’Homme tranquille (The Quiet Man) de John Ford, 1952 © Droits réservés.

Le pays de rêve pour un atelier : l’Italie © Christian Peultier.

Vous pourriez également être intéressé par :