Voici le questionnaire et les instructions proposés à Adrien Yeung, bédéiste installé à Strasbourg, deuxième lauréat Jeune Talent d’Angoulême 2020.

Il est possible de répondre à la totalité de ces questions ou à une partie d’entre elles seulement, au choix. Les réponses peuvent tenir en un mot, une phrase ou faire l’objet d’une prose tout à fait libre, de longueur indéterminée… Si l’artiste préfère s’exprimer à travers un croquis, un dessin, un strip, une page aquarellée, le lecteur lui en saura gré !

Quel est votre passe-temps favori quand vous ne dessinez pas ?
Regarder des séries. En ce moment je regarde Parks & Recreation.

Quel est votre maître en BD ?
J’en citerais deux : Simon Hanselman et Goscinny.

Quels sont vos maîtres en d’autres disciplines (peinture, musique…) ?
Emir Kusturica, Brueghel l’Ancien, Ingmar Bergman, Niki de Saint Phalle.

Quel est votre animal préféré ?
En ce moment le canard. 

Quel est votre personnage de BD favori ?
Titeuf.

Parmi les personnages que vous avez créés, quel est celui que vous préférez ?
Diego Toutou.

Qui auriez-vous voulu être ?
Un des créateurs de South Park.

Quelle est votre faiblesse pour laquelle vous avez le plus de tendresse ?
L’oisiveté, les moments où je suis totalement improductif.

Quelle est votre plus grande qualité ?
La volonté.

Quelle musique écoutez-vous en dessinant ?
Brian Eno, Skinshape, Tortoise, de la musique relaxante.

Si vous deviez installer votre atelier dans le pays de vos rêves…
La France, quelque part entre ville et campagne.

Décrivez l’atelier de vos rêves…
Ce serait un atelier près de la nature, situé en face d’un cours d’eau. Grand, lumineux et partagé avec d’autres artistes, mais chacun aurait son espace individuel. Il y aurait un jardin et une cuisine, peut-être un poulailler aussi. Ce serait un endroit vivant où l’on se sent bien. 

Vous pouvez inviter jusqu’à 10 géants de la BD, héros de fiction ou autres personnalités à dîner, y compris ceux qui nous ont déjà quittés. Quel est votre plan de table ?
J’inviterais Obélix, Riad Sattouf, Lisa Mandel, Anouk Ricard, Christophe Blain, Topor, le Marsupilami, Titeuf, Pascal Brutal et l’ours Barnabé.

Quel est votre plat préféré ?
La soupe de nouille au bœuf.

Quelle est votre gourmandise préférée ou votre péché mignon ?
Les Kinder Bueno. 

Avez-vous le goût de la collection ?
Moyennement. J’aime essayer d’avoir juste ce dont j’ai besoin.

Quelle est votre couleur préférée ?
Le vert émeraude.

Quel est votre médium préféré (encre, aquarelle, gouache, crayon…) ?
L’encre, même si j’en fais peu.

Avez-vous un ou des grigris ?
J’ai une peluche d’Obélix que je garde depuis enfant.

Quelles sont vos fleurs, arbres ou plantes favoris ?
Le tilleul.

Votre auteur préféré en littérature.
Tolstoï.

Votre musicien préféré.
Très dur de répondre, je dirais Vald en ce moment. Je trouve que c’est le meilleur rappeur français.

Votre film favori.
Les Petites Marguerites de Věra Chytilová.

Quel est votre héros ou héroïne dans la vraie vie ?
Emir Kusturica, j’aime tout ce qu’il fait.

Quel est votre héros ou héroïne dans la fiction ?
Détective Conan.

Si vous n’aviez pas été dessinateur ?
Guide de montagne ou garde forestier.

Le principal trait de votre caractère.
Travailleur ?

Votre meilleur souvenir de dessin.
Il n’y a pas de souvenir précis, mais il y a des moments où je suis totalement plongé dans ce que je suis en train de créer et la musique correspond totalement à mon état d’esprit ; dans ces moments-là, je suis très heureux.

Votre devise.
Après l’effort, le réconfort.

Si vous deviez vous décrire en un mot…
Arbre.

Adrien Yeung.

Diego Toutou © Adrien Yeung.

Titeuf © Zep

Emir Kusturica © Milos Cvetkovic.

South Park © Trey Parker et Matt Stone.

Détective Conan ©  Gōshō Aoyama.

Tumblr © Adrien Yeung.

Vous pourriez également être intéressé par :

Halifax mon chagrin (Quellat-Guyot et Regnauld)

Halifax mon chagrin (Quellat-Guyot et Regnauld)

Histoires d’eaux meurtrières…

Si l’on connaît bien la tragédie du Titanic et le déroulé des événements qui ont conduit au naufrage de l’insubmersible en 1912, notamment grâce au cinéma, il est néanmoins des aspects de la catastrophe qui ont été moins relayés ou utilisés dans la fiction. Qu’a-t-on fait, par exemple, des dépouilles de celles et ceux qui avaient pu sauter à l’eau mais sont morts de froid avant d’avoir pu être sauvés, dérivant à la surface des eaux glacées parce qu’ils avaient un gilet de sauvetage ? Voici un argument qui, à lui seul, aurait pu servir de toile de fond au roman graphique qui nous intéresse, Halifax mon chagrin…

lire plus