Voici le questionnaire et les instructions proposés à Florence Cestac, Grand Prix d’Angoulême en 2000, autrice, illustratrice et éditrice.

Il est possible de répondre à la totalité de ces questions ou à une partie d’entre elles seulement, au choix. Les réponses peuvent tenir en un mot, une phrase ou faire l’objet d’une prose tout à fait libre, de longueur indéterminée… Si l’artiste préfère s’exprimer à travers un croquis, un dessin, un strip, une page aquarellée, le lecteur lui en saura gré !

Quel est votre passe-temps favori quand vous ne dessinez pas ?
Chiner et aller au cinéma.

Quel est votre maître en BD ?
André Franquin et Robert Crumb.

Quels sont vos maîtres en d’autres disciplines (peinture, musique…) ?
Claes Oldenburg, Joan Miró, Niki de Saint Phalle. En musique : John Coltrane, Pharaoh Sanders, Miles Davis. En sculpture : François Pompon, Aristide Maillol.

Quel est votre animal préféré ?
Le chien.

Quel est votre personnage de BD favori ?
Le Marsupilami, Gaston Lagaffe, Popeye.

Quel est le personnage que vous avez créé préféré ?
Je les aime tous ; pas de préféré. Ils ont tous la même tête !!!

Qui auriez-vous voulu être ?
Un aigle dans la montagne.

Quel est votre faiblesse pour laquelle vous avez le plus de tendresse ?
La gourmandise.

Quelle est votre plus grande qualité ?
Obstination.

Quelle musique écoutez-vous en dessinant ?
Majoritairement du jazz.

Si vous deviez installer votre atelier dans le pays de vos rêves…
N’importe où au bord de la mer.

Décrivez l’atelier de vos rêves…
Un grand espace entouré de nature avec des endroits différents pour dessiner. Là, faire de la couleur, là, faire du papier mâché, là, du bricolage, là, de la peinture et le tout baigné de lumière.

Vous pouvez inviter jusqu’à 10 géants de la BD, héros de fiction ou autres personnalités à dîner, y compris ceux qui nous ont déjà quittés. Quel est votre plan de table ?
Claire Bretécher, Marcel Gotlib, Fred, Mandryka, Philippe Druillet, Laetitia Coryn, Jean-Marc Rochette, Lisa Mandel et René Pétillon.

Quel est votre plat préféré ?
Le calamar à la plancha.

Quelles est votre gourmandise préférée ou votre péché mignon ?
Le chocolat noir avec des amandes.

Avez-vous le goût de la collection ?
Collection pas forcement mais l’accumulation de n’importe quoi, oui !

Quelle est votre couleur préférée ?
Le jaune.

Quelle est votre médium préféré (encre, aquarelle, gouache, crayon…) ?
Crayon et encre de chine.

Avez-vous un ou des grigris ?
Non.

Quelle est votre fleur, arbre ou plante favori(te) ?
La fleur c’est la pivoine et l’arbre le marronnier.

Votre auteur préféré en littérature.
Romain Gary.

Votre musicien préféré.
Pharoah Sanders.

Votre film favori.
La Leçon de piano (The Pianode Jane Campion.

Quel est votre héros ou héroïne dans la vraie vie ?
Patti Smith.

Quel est votre héros ou héroïne dans la fiction ?
Dalva du roman de Jim Harrison.

Si vous n’aviez pas été dessinateur ?
Aucune idée !

Le principal trait de votre caractère.
Déconner et ne jamais se prendre au sérieux.

Votre meilleur souvenir de dessin.
La joie et l’extase d’une salle de théâtre qui vous regarde dessiner. Avec Daniel Pennac, nous avons adapté notre album Un amour exemplaire sur scène avec notre metteuse en scène Clara Bauer. Daniel est sur scène et raconte l’histoire et moi je la dessine avec une caméra au-dessus de moi qui projette le dessin sur tout le fond de la scène et le public est fasciné par le dessin qui prend forme sous leurs yeux. C’est magique !

Votre devise.
Ne jamais baisser les bras !!!

Si vous deviez vous décrire en un mot…
Tu mets ton nez de clown et tu y vas !

Florence Cestac, son ratier et Harry Mickson, la mascotte de Futuropolis © Florence Cestac.

Florence Cestac, Hommage à Niki de Saint Phalle, 2018.

Les personnages au gros nez de Florence Cestac © Florence Cestac.

L’affiche de La Leçon de piano de Jane Campion.

Dalva de Jim Harrison.

Daniel Pennac et Florence Cestac.

L’atelier de Florence Cestac.

Vous pourriez également être intéressé par :

Chronique d’un kidnapping (Girard)

Chronique d’un kidnapping (Girard)

Comme souvent, la réalité dépasse la fiction. Ici, il ne faudra pas moins de 278 pages pour raconter par le menu la tragique histoire d’une erreur judiciaire et d’un acharnement juridique. Cela se passe en France, c’est arrivé il y a quelques années à peine et on se pince pour y croire. Avec un scénario pareil et une aventure aux développements aussi abracadabrantesques, n’importe quel auteur serait pratiquement certain de ne pas trouver preneur chez la plupart des éditeurs. C’est ce qui risquait d’arriver à Sébastien Girard, l’auteur de ce roman graphique tout à fait singulier dans la forme et bouleversant dans le fond. Mais, par chance, le jeune homme a rencontré à Angoulême Blandine Lanoux, de la maison Félès, et lui a montré le roman achevé. L’éditrice, enthousiaste, a tout fait pour donner vie à ce projet militant et profondément humain.

lire plus