Voici le questionnaire et les instructions proposés à Cever, auteur de l’adaptation d’un chef-d’œuvre de Luis Sepúlveda, le magnifique Histoire d’une mouette et du chat qui lui apprit à voler.  

Il est possible de répondre à la totalité de ces questions ou à une partie d’entre elles seulement, au choix. Les réponses peuvent tenir en un mot, une phrase ou faire l’objet d’une prose tout à fait libre, de longueur indéterminée… Si l’artiste préfère s’exprimer à travers un croquis, un dessin, un strip, une page aquarellée, le lecteur lui en saura gré !

Quel est votre passe-temps favori quand vous ne dessinez pas ?
Me balader en nature, observer faune et flore et m’émerveiller de la beauté des choses.

Quel est votre maître en BD ?
Si j’avais à choisir « un » maître en BD, ce serait naturellement Franquin. Le souci du détail, la perfection du trait et surtout sa créativité et son audace pour les Idées Noires à la fin des années 1970. Mais le dessin n’est pas tout, et je ne peux me détacher du maître narratif : Will Eisner. Tout ça, mâtiné de Comès et de Pratt… D’où mon amour du Noir et Blanc.

Quels sont vos maîtres en d’autres disciplines (peinture, musique…) ?
Peinture : Hokusaï, Hiroshige, Magritte, Dali, Turner
Cinéma : Akira Kurosawa, Eastwood pour l’idée de génie de Flags of our Fathers / Letters from Iwo Jima.
Photo : Robert Capa, Lucien Clergue, Emmanuel Rondeau.

Quel est votre animal préféré ?
L’écureuil.

Quel est votre personnage de BD favori ?
Gaston (ou Spip).

Quel est le personnage que vous avez créé préféré ?
Zorbas, naturellement. Un vrai super-héros de tous les jours. Mais je n’ai fait que retranscrire la description qu’en avait fait Luis Sepúlveda.

Qui auriez-vous voulu être ?
Réponse très égocentrique et peut-être vaniteuse : je me sens trop bien dans ma peau ou ma vie que pour vouloir être un(e) autre…

Quelle est votre faiblesse pour laquelle vous avez le plus de tendresse ?
Ma naïveté.

Quelle est votre plus grande qualité ?
La ténacité et la curiosité de toute chose. 

Quelle musique écoutez-vous en dessinant ?
Très variée, de Pink Floyd à Munir Bashir, en passant par Seasick Steeve, John Lee Hooker ou de la musique traditionnelle japonaise…

Si vous deviez installer votre atelier dans le pays de vos rêves…
J’ai eu la chance de beaucoup voyager et de vivre dans plusieurs pays. Le pays de mes rêves en serait un savant et délicat mélange… de rêve.

Décrivez l’atelier de vos rêves…
Assez dépouillé, avec une belle vue (montagne, mer, forêt), une bonne sono et une petite cafetière italienne…

Vous pouvez inviter jusqu’à 10 géants de la BD, héros de fiction ou autres personnalités à dîner, y compris ceux qui nous ont déjà quittés. Quel est votre plan de table ?
Pas de plan de table, je préfère la liberté d’un « apéritif dinatoire » où je pourrais profiter de tous.
Comme invités (seulement 10 ?), naturellement Franquin, Will Eisner, Comès et Pratt, mais aussi Plessix, Einstein, Gandhi, Jean Dorst et Spip.

Quel est votre plat préféré ?
Sashimi. 

Quelle est votre gourmandise préférée ou votre péché mignon ?
Le Tiramisu (mais sans cacao).

Avez-vous le goût de la collection ?
Non, car je n’aime pas l’uniformité…

Quelle est votre couleur préférée ?
Celle de la page blanche…

Quel est votre médium préféré (encre, aquarelle, gouache, crayon…) ?
Crayon et encre de chine.

Avez-vous un ou des grigris ?
Non.

Quels sont votre fleur, arbre ou plante favoris ?
Le cerisier.

Votre auteur préféré en littérature.
Romain Gary (je dois avoir lu une bonne dizaine de fois les Racines du Ciel et je ne désespère pas de l’adapter). 

Votre musicien préféré.
Un groupe : Pink Floyd.

Votre film favori.
Into the Wild (en tout cas un de ceux qui m’a le plus marqué).

Quel est votre héros ou héroïne dans la vraie vie ?
Mes enfants…

Quel est votre héros ou héroïne dans la fiction ?
Hobbes.

Si vous n’aviez pas été dessinateur ?
Cette question ne me parle pas… Ado, je me disais que j’aimerais être Cousteau ou Franquin. J’ai de la chance, j’enchaîne la BD après une carrière de biologiste et de plongeur…

Le principal trait de votre caractère.
Constance.

Votre meilleur souvenir de dessin.
Quand Luis Sepúlveda m’a dit « C’est mon chat ! » en voyant la première moitié de l’Histoire de la mouette et du chat qui lui apprit à voler.

Votre devise.
Une variante de « Qui ne risque rien n’a rien ». Demandez, tout ce que vous risquez, c’est qu’on vous dise non…

Si vous deviez vous décrire en un mot…
Encore plein de choses à faire et à découvrir… 

Cever © Droits réservés.

Spip © Franquin.

Zorbas, le héros d’Histoire d’une mouette et du chat qui lui apprit à voler © Cever et les Éditions Caurette.

André Franquin © Droits réservés.

The Roots of Heaven (Les Racines du ciel) de John Huston, 1958.

Pink Floyd © Droits réservés.

Atelier (Vite) © Cever.

Vous pourriez également être intéressé par :

Catel Muller et José-Louis Bocquet : le Questionnaire de Proust

Catel Muller et José-Louis Bocquet : le Questionnaire de Proust

Catel Muller, dessinatrice, et José-Louis Bocquet, scénariste, auteurs de nombreux romans graphiques, dont le récent Alice Guy, ont répondu à un questionnaire de Proust au cours d’une longue conversation téléphonique. Tous deux improvisaient les réponses puisqu’ils découvraient les questions au fur et à mesure. Merci à eux pour leur patience et leur disponibilité !

lire plus
Halifax mon chagrin (Quellat-Guyot et Regnauld)

Halifax mon chagrin (Quellat-Guyot et Regnauld)

Histoires d’eaux meurtrières…

Si l’on connaît bien la tragédie du Titanic et le déroulé des événements qui ont conduit au naufrage de l’insubmersible en 1912, notamment grâce au cinéma, il est néanmoins des aspects de la catastrophe qui ont été moins relayés ou utilisés dans la fiction. Qu’a-t-on fait, par exemple, des dépouilles de celles et ceux qui avaient pu sauter à l’eau mais sont morts de froid avant d’avoir pu être sauvés, dérivant à la surface des eaux glacées parce qu’ils avaient un gilet de sauvetage ? Voici un argument qui, à lui seul, aurait pu servir de toile de fond au roman graphique qui nous intéresse, Halifax mon chagrin…

lire plus